Vous êtes ici :  Accueil
  
 

Spécial 11 nov 2018

la plaque de marbre réunissant les 80 jeunes chesnoysiens dont la vie s'est arrêté subitement en 1914 et 1918 a été "pavoisée" et les rosiers et buis ont été taillés pour l'occasion. En suivant vous trouverez le discours de Joseph laloy  qui retrace l'histoire de la plaque et de quelque un des chesnoysiens morts au front.

Le 30 Mai 2015 Journée de mémoire et de rencontre
Au nom de l'Amicale des anciens Chesnoysiens, je voudrais dans mon propos
vous retracer l'histoire de ces plaques commémoratives et surtout évoquer le
souvenir des Chesnoysiens tombés au champ d'honneur.
Durant la première année de guerre en 1914, les bâtiments scolaires ont été
réquisitionnés par l'armée pour servir de base de soins et de repos aux poilus.
On sait que le personnel de l'époque non mobilisé au front a été occupé à des
tâches diverses, c'était le cas pour le directeur VILCOQ et le chef de pratique
HARTENSTEIN, trop âgés pour être mobilisés et qui assurèrent les moissons
de 1914 et 1915.
Le secrétaire de l'Amicale, Victor FALLEAU, (lui aussi trop âgé pour être
mobilisé) a entretenu pendant toute la durée de la guerre une étroite et
importante correspondance avec de très nombreux Chesnoysiens soldats, et a
publié beaucoup d'extraits de lettres reçues en provenance de tous les
horizons, et surtout du front. Il a rassemblé tout cela dans les bulletins du Chesnoysien requalifiés bulletins
de guerre en 1915, 1916, 1917. Ceux-ci parvenaient aux anciens Chesnoysiens, y compris sur le front, et sont
bien révélateurs des soucis et préoccupations de l'époque, et généralement très patriotes.
Dès 1915 la volonté de rendre hommage aux Chesnoysiens tombés pour la patrie est exprimée par Henri
DUVAL (promotion 1909), qui écrit au front « il faut qu'une plaque de marbre soit apposée au Chesnoy pour
rappeler aux futurs Chesnoysiens les actes héroïques de leurs aînés ». D'autres Chesnoysiens l'approuvent.
FALLEAU répond dans le bulletin que « si un jour la fleur du souvenir devait partout se flétrir on la
trouverait toujours fraîche et parfumée dans le coeur des anciens Chesnoysiens ».
FALLEAU est malheureusement décédé subitement lors qu'une réunion au ministère, à 59 ans, en décembre
1919. Aussi, la publication du Chesnoysien s'est arrêtée pendant une petite décennie et il faudra attendre
1931 pour la réalisation concrète de la plaque et l'inauguration officielle intervenue le 27 septembre 1931.
Celle-ci a été fixée sur un mur du hall d'honneur de l'école.
Durant les années 50, une autre plaque commémorative de la guerre 39-45 y a été adjointe, offerte par le
directeur de l'époque M. SCHMITT.
Ces plaques sont restées visibles de tous tant que le hall d'honneur est resté en l'état.
Au début des années 80, il a été décidé de transformer le hall d'honneur en salle des professeurs. Elles ont
alors été occultées provisoirement en attendant une autre solution. Ainsi sont-elles restées ignorées des
Chesnoysiens pendant 30 ans. Il aura fallu une rénovation pour les redécouvrir et surtout pour les remettre à
la vue et au souvenir des Chesnoysiens des générations actuelles.
Alors, comme l'a écrit Frédérico Garcia LORCA : « rien n'est plus vivant qu'un souvenir », c'est ce que nous
allons faire maintenant.
Pour la grande guerre, ce sont 81 noms qui figurent sur la plaque touchant 21 promotions dont certaines très
durement (la 20ème et la 21ème) décimées à plus de 30 %.
Pour chaque nom nous pourrions donner quelques détails que nous trouvons dans les bulletins de guerre des
Chesnoysiens, nous évoquerons, quand cela est possible, un représentant par promotion.
DOUCET Henri (promotion 1896) : avait écrit du Bois de la Gruerie, en Argonne, les 23 et 24 septembre
1915 avant d'être gazé en 25 septembre 1915.
LESESNE Georges (promotion 1897) : vice-président de l'Amicale, est tombé en voulant installer des
obusiers de 240 dans un bois, à 1 km de Chaulnes (dans la Somme), le 8 août 1916. dans son discours lors de
l'inhumation, le commandant RAYNAL a dit :
« Aux livre d'or des écoles de Rennes et du Chesnoy et du 7ème régiment d'artillerie, étudiants et jeunes
soldats viendront lire chaque année avec respect le nom du capitaine LESESNE »
BOUTET Louis (promotion 1900) : écrit le 24 juin 1916 et raconte son parcours qui l'a amené de Tunisie où
il était sous-lieutenant, au 5ème mixte des zouaves tirailleurs, à son arrivée dans le Pas de Calais, du côté de
Bully Grenay. Il disait « voilà, pas une blessure, bon estomac, bon pied, bon moral ». Cela ne devait pas
durer puisqu'il est tué à Verdun le 18 août 1916.
ROUGE Arthur (promotion 1912) : a été tué le 18 décembre 1914 à Carency dans le 62. Son nom figure
désormais sur l'anneau de la mémoire de Lorette.
BEAUJOIN Ernest (promotion 1903) : blessé à la tête et disparu.
LABAT Pierre (promotion 1904) : disparu le 2 octobre 1914 au combat d' OPPY dans le Pas de Calais, lui
aussi est sur l'anneau de la mémoire.
AUGE Lucien (promotion 1905) : avait écrit du Dahomey où il était sous-directeur du coton colonial à
Cotonou. Il était reparti le 14 juillet 1914 sur demande de son employeur, et donc mobilisé là-bas pour
envahir le Togo. Blessé et démobilisé il se ré-engage dans le 34ème régiment colonial et tombe le 16 mai
1917 à Monastir en Serbie.
BIDON Henri (promotion 1908) : tombé en Belgique d'une balle en plein front après 4 mois et 6 jours de
campagne
SINTIER Georges (promotion 1909) : Comme canonnier il n'était pas en contact direct avec le front, aussi
avait-il demandé et obtenu d'être versé dans l'infanterie. Il s'y comportera brillamment avant de décéder à
l'hôpital militaire de Toul d'une thyphoïde contractée au front à Verdun.
FRUGIER Paul (promotion 1910) : indique qu'il avait été blessé et guéri et qu'il avait eu la visite du Général
JOFFRE sur le front du Pas de Calais. Pour lui aussi la vie s'est arrêtée le 10 juin 1916 dans le secteur de
Verdun.
RALLON Pierre (promotion 1911) : originaire de Nangis en Seine et Marne, il écrivait être impatient de
monter au front, il ira avec le 10ème régiment de chasseurs à cheval, et tombera au champ d'honneur le 25
septembre 1915 dans la Marne.
DURET-COMTE Robert (promotion 1913) : tué par l'ennemi dans la Somme le 18 avril 1918. Il écrivait déjà
dans la Somme le 4 octobre 1916. Il disait : « toujours dans la Somme et dans un secteur plus très calme, il y
avait longtemps que je désirais être dans un cas semblable »
Pour nos Chesnoysiens morts pour la France en 39-45, nous avons moins de détails dans le Chesnoysien.
Nous avons pu retrouver quelques témoins présents au Chesnoy pendant la guerre comme : GRIMAUD
Joseph et LEPERS Paul, ceux-ci appartenaient à la promotion 43-46 et nous ont fait parvenir des photos de
l'époque, et notamment le défilé rue Dorée, le 8 mai 1945.
Nous avons eu aussi un courrier de LANUSSE Gérard (promotion 45-48 la Durham). Celui-ci s'était engagé
à 18 ans et a fait le débarquement en Normandie avec la 2ème DB et a participé à la libération de Paris et de
Strasbourg. Il est arrivé au Chesnoy en octobre 1945. Dans le poème de promo, on écrit de lui « LANUSSE
nous arriva de la guerre invaincu. Pour tous, Gérard, il est notre passé glorieux et ses muscles puissants et
son esprit caustique lui valent l'amitié de nombreux Chesnoysiens ». Vu son âge, il nous prie de l'excuser
mais est en pensée avec nous aujourd'hui pour honorer ceux de 39-45.
Pour le dernier sur la liste, nous avons pu retrouver sa fiche militaire complète : FLAMENCOURT Edouard,
promotion 1908 ; Il avait en effet combattu en 14-18 et écrit de nombreuses lettres au secrétaire de l'Amicale
durant ce conflit, donnant des nouvelles des Chesnoysiens qu'il croisait au gré de ses voyages sur le front en
tant que brigadier du centre automobile d'Orléans au camp des Tourelles. Il a aussi été vaguemestre et au
cours d'une distribution il donne le Chesnoysien au Poilu le cavalier FOLLEAU et lui dit « tu connais
Totor ? » (pour Victor FALLEAU). Inutile de vous dire la joie qu'ils ont eue de parler de leur chère école ! Il
sortira vivant de cette guerre mais la suivante lui fût cruelle et fatale puisqu'il partit de Compiègne en 44
pour l'Allemagne et ses camps, il faisait partie d'un réseau de résistants. Il est décédé le 9 avril 1945 au camp
de Johangeorgenstadt (alors que ce camp a été évacué le 12 avril... ).
Pour terminer, permettez-moi de vous livrer une anecdote découverte à la lecture des Chesnoysiens des
années 35-40.
En février 39, un jour de marché en Corrèze, LAUMOND Louis (promotion 1913), qui avait quitté le
Chesnoy le jour de la mobilisation le 2 août 1914, rencontre un de ses copains de promo, FAGES Jean :
« mais, tu n'es pas mort ? Tu es pourtant inscrit sur la plaque du Chesnoy ! » En fait, c'est une erreur due à un
homonyme car l'administration du Chesnoy avait attribué un « s » à son nom de famille, en réalité FAGE.
Nous avons retrouvé sa fiche militaire, il est resté sur la plaque et aujourd'hui, l'ex-canonnier FAGE
appartient bien à l'autre monde... Après tout, il est aussi juste de rendre hommage également à ceux qui sont
revenus vivants, mais traumatisés par les horreurs de la grande guerre.
Au pied des plaques vous voyez ces modestes rosiers, variété baptisée de Verdun créée à Orléans en 1920 et
dont la production a été relancée par un lycée horticole des Vosges à l'occasion du centenaire de la grande
guerre. Ces rosiers ont été plantés en mars par nos jeunes Chesnoysiens, souhaitons qu'ils trouvent
suffisamment de lumière pour s'épanouir et diffuser leur parfum.
Mon propos a peut être été un peu long mais depuis 1931 et 30 ans d'obscurité sur ces noms on pouvait les
mettre dans la lumière !

MERCI aux 150 anciens élèves qui sont passés sur le stand du chesnoy pendant INNOVAGRI.

Le prochain rendez-vous sera les 17 et 18 Mai 2018.

Nous fêterons les 50 ans du BTS Machinisme BTS MA devenu BTSGDEA

Nous serons heureux d'acceuillir au moins sur le samedi 18 les élèves des différentes promotions. Profitez de l'occasion pour nous aider a joindre le maximun d'anciens élèves. 

Le Chesnoysien 2018 est sorti d'imprimerie et arrivera dans les boites aux lettres des cotisants régulier, si non faites en la demande nous y réponderons avec plaisir...

Chesnoysiennes, Chesnoysiens,

2018 étant une année paire, vous retrouvez donc, précieusement entre vos mains, votre si attendu magazine bisannuelle, le Chesnoysien ! Toujours un grand bonheur pour le conseil d’administration de votre amicale de vous retrouver pour ce moment que nous partageons avec vous depuis tant d’années et qui permet de garder ce lien si fort entre tous, notre passage au lycée si mythique du Chesnoy, moment souvent des plus mémorables de notre vie.

Fidèle à la ligne éditoriale de votre gazette, au gré des pages, vous retrouverez ainsi le témoignage d’anciens élèves, au parcours illustre et souvent atypique ; après le passage dans les murs de ce lycée. Se retrouver étant toujours un plaisir unique, nous ne manquerons pas également de vous relater dans cette édition, les temps forts des retrouvailles des promos passées, qui ont eu lieu ces derniers mois. Et qui sait, peut-être la vôtre, pour la prochaine édition ? N’hésitez pas à nous contacter, votre amicale est là également pour vous accompagner dans de telles démarches.

Moment d’émotion à venir également dans ces prochaines pages, lorsque vous retrouverez votre lycée, pris par les terribles inondations de juin 2016, ou l’hommage à René Thillou, personnage illustre de l’établissement et père fondateur de votre association. Ou,tout au contraire, vous ne pourrez pas vous empêcher d’esquisser un sourire, lorsque vous découvrirez le (drastique) règlement intérieur du début du 20 ième siècle, que nous vous relatons en exclusivité ! Fierté également qui vous animera indéniablement lorsque vous découvrirez les récentes performances des équipes de rugby internes ou les ambitieux projets mis en place par les élèves et associations Chesnoysiennes.

Enfin, dans ces pages, vous découvrirez les conséquents et novateurs projets qui attendent, dans les prochains mois, votre lycée, toujours moteur de l’économie agricole et rurale locale et nationale ; et qui accueilleront peut être vos enfants demain….

Nous ne manquerons pas également à travers cet édito de faire appel ég à vos précieuses cotisations, indispensables pour l’édition de votre magazine ; et pourquoi pas, à rejoindre nos rangs du Conseil d’Administration….

Enfin, notez instantanément dans vos agendas nos prochains rendez-vous : le traditionnel pot de l’amitié lors du salon Innov Agri, le mercredi 5 septembre à 17 h sur le stand du Chesnoy et 17 et 18 mai 2019, pour les 50 ans du Machinisme Agricole au Chesnoy . Nous vous préparons un temps forts au sein du Chesnoy ; et notamment autour du bloc Machinisme…

Vous souhaitant bonne lecture de votre Chesnoysien, chers amis, au plaisir de se retrouver à Innov Agri en septembre, en 2019 au lycée ou plus souvent sur le site « amicaleduchesnoy.free.fr » la rubrique emploi est régulièrement complétée par les offres qui arrivent sur le lycée. Vous trouverez le bulletin d’adhésion à recopier ou découper en bas de la page 29

Directeur de publication : Christian Gangloff Tiré à 1300 exemplaires Mai 2018

Votre dévoué Conseil d’Administration

Nous sommes à la recherche d'informations sur d’éventuels anciens qui seraient tombés dans les conflits qui ont suivi la guerre 40 a savoir Indochine, Algérie, Tunisie, Maroc. Le souvenir Français se propose de compléter le monument existant. Merci de nous faire part de l'identité des chesnoysiens concernés, nous faisons des recherches dans ce sens.


Nous vous invitons à nous rejoindre au sein de l'amicale par votre adhésion et votre cotisation si ce n'est pas déjà fait.


pour vous inscrire,
        télécharger le formulaire : »»»» Devenez adhérent de l'Amicale ««««

 
Les 3 derniers billets
Innovagri 2018  -  par Jean_Jacques_Durand
Pour le salon Innovagri 2018 le lycée agricole a un stand pour vous recevoir a l'entrée du "Pôle formation" stand G7Nous serons heureux de vous accueillir pendant les 3 jours, 4,5 et 6   septembre et tout particulièrement le Mercredi soir a partir de 17 h pour le traditionnel pot offert aux anciens élèves..
Publié le 02/09/2018 10:58  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
test  -  par admin
 Ceci est un test
Publié le 03/08/2018 15:17  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Réception miraculeuse d'un chesnoysien de 1938  -  par Jean_Jacques_Durand

Merci au donateur anonyme qui nous a posté en décembre 2017 une revue le chesnoysien en parfait état datée du 29 mai 1938.Dans cette revue une rétrospective sur les premières année du Chesnoy, avec de très nombreuses photos qui étaient inconnues sur le corps enseignant, sur les bâtiments et ses évolutions au cours des années 1900 - 1938.Merci encore

Publié le 07/03/2018 16:14  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
  

imgchesnoy.jpg